L’atelier de renforcement de capacité des OSC de niveau 2 en travail d’équipe et en montage de projet a eu lieu du 11 au 12 janvier 2014 au CPFF de Ngaoundéré.

Dans l’optique d’outiller davantage les OSCs de deuxième niveau, socle de la dynamique associative dans la région de l’Adamaoua, un atelier en montage de projet vient de se tenir à Ngaoundéré. Sous la houlette de l’ONG Action pour la Promotion de la santé, la Production et de l’Environnement (APROSPEN) agissant en qualité d’organisation relais du programme PASC, une quarantaine d’organisation ont été capacitées. Venues de cinq départements de la région, les membres des OSC conviés ont activement pris part aux enseignements. Retenues pour leur engagement et la régularité de leurs actions en faveur du développement durable, les OSC ont effectivement participé aux travaux qui se sont voulus plus pratiques que théoriques.
Inscrit dans le plan d’action d’APROSPEN du Devis programme I (DP1) du Programme d’Appui à la Société Civile au Cameroun (PASC) de l’Union européenne, l’atelier vise à doter lesdites organisations des capacités de rédiger de bons projets. Prévus pour s’ouvrir à 9h, ce n’est qu’à 10h que les travaux ont réellement demarré la première journée, le samedi 11 janvier par le mot du coordonnateur d’APROSPEN, le Dr Hamadou Gambo qui a rappelé les enjeux de cette formation au regard du souci d’autonomisation des OSCs de l’Adamaoua. « Les OSCs par leurs projets contribuent au développement d’une société plus juste et équitable.[…] L’organisation de cet atelier vise à améliorer les capacités d’analyses des problématiques sociales et de rédaction de projets pertinents des OSCs » indiquera le coordonnateur de l’OR Adamaoua du PASC.

La méthodologie de travail adoptée par le formateur Sangon Avom Bienvenu était de nature à faciliter l’assimilation des enseignements par le gros des participants. « Lorsqu’on a un projet, on recherche le titre le plus simple, on définit les objectifs compréhensibles, arrête les activités et ressort les résultats attendus, afin de mieux présenter le document du projet » dira le formateur aux membres des OSCs. L’accent sera alors mis sur les échanges et les travaux de groupes, qui ont occupé la majeure partie du temps de l’atelier. Selon le facilitateur, la méthode participative et pratique devrait permettre aux acteurs de rapidement mettre en pratique les leçons apprises.
Une approche qui cadre avec les objectifs du programme PASC dont la capitalisation des acquis des formations doit servir à capter les opportunités de financement. Les participants très assidus se disent satisfaits des apports de cet autre atelier de deux jours riche en notions aussi bien technique, pratique que stratégique devant favoriser une meilleure rédaction des prochains documents de projets. « Nous avons appris comment concevoir un projet convaincant » ; «  Il nous a été enseigné que l’objectif du projet est la vision qu’on veut atteindre. Aussi nous a-t-on dit, les objectifs spécifiques doivent être smart » sont entre autres choses retenues par Mme Pewo Odile et Mr Yaya, participants.

Les thématiques abordées ont porté sur quatre présentations essentielles : l’élaboration d’un projet :cas des projets avec l’UE, la nécessité du travail en équipe, la présentation des documents d’un projet, l’élaboration du cadre logique et du budget ; lesquelles ont permis aux participants de se familiariser avec les contraintes de la rédaction de projet. Fort de cette formation, l’organisation relais du PASC pour l’Adamaoua, APROSPEN, souhaite voir les OSCs de 2ème niveau locales se démarquer dans les projets ficelés au cours des prochains appels. A noter que le DP2 qui démarre ce mois de janvier s’annonce plus compétitif pour la société civile camerounaise. Par cela, l’atelier de « renforcement des capacités des OSCs de 2ème niveau de la région de l’Adamaoua sur l’écriture des projets » s’est refermé le 12 janvier à 17h 50mn, aura contribué à assoir l’expertise des OSCs de l’Adamaoua en matière de rédaction de projet.

Rodrigue TAPEO